Your browser (Internet Explorer 6) is out of date. It has known security flaws and may not display all features of this and other websites. Learn how to update your browser.
X
Indiquez votre prénom et votre e-mail pour recevoir la Lettre privée du Coach :
Image

Savez-vous vraiment ce qu’il y a de plus important dans un discours ? La réponse peut TOUT changer…

Savez-vous vraiment ce qu’il y a de plus important dans un discours ? La réponse peut TOUT changer…

Imaginez la situation : vous êtes sollicité par une association pour donner une conférence. Devant 50 à 100 personnes. Dans un mois. Le thème ? Vous avez carte blanche, tant que c’est en lien avec votre métier ou votre spécialité. Plutôt flatté, et toujours motivé, vous acceptez.

Comment vous y prenez-vous pour préparer cette intervention ?

Que la conférence ait lieu dans un mois, 10 jours ou 1 an, votre préparation doit commencer le plus tôt possible, dès que vous en avez été informé : il s’agit d’ouvrir et laisser couler à flot le « robinet à idées », pour accumuler un maximum d’informations, et commencer à les organiser progressivement.

Toutefois, la qualité de votre intervention ne dépendra pas de la quantité d’informations que vous y mettrez. Et quelles que soient ces informations, cela ne saurait de toute façon suffire pour préparer un discours de façon efficace. Encore faut-il répondre précisément à la question : pourquoi intervenir à l’oral ?

Réponse : « Pour transmettre un message à un public donné. »

Dans cette réponse, il y a deux choses très importantes : le message bien sûr, mais aussi et surtout le public

Tout part du public, et tout revient à lui. Le public est à considérer avec le plus grand intérêt, et le plus grand respect.

L’essentiel de votre préparation doit en effet se réaliser dans la perspective de toucher votre public. Et c’est donc par lui que tout doit commencer. Car c’est en fonction de lui qu’il faut adapter l’objectif et le message de votre intervention.

Ce qu’il y a de plus important dans un discours, c’est donc à qui il est destiné.

Une erreur fréquente consiste à se concentrer uniquement sur ce que l’on veut dire, ce que l’on pense bien ou nécessaire de dire, bref, à préparer le discours en fonction de soi, de ce qui nous plait ou nous semble intéressant, en oubliant complètement de penser à qui on est sensé s’adresser.

Or, un discours, c’est un peu comme le courrier. Vous pouvez rédiger la plus belle des lettres, si vous oubliez d’indiquer le destinataire sur l’enveloppe, ça ne servira strictement à rien. De même, si votre lettre commence par « Chère Madame », alors que vous l’envoyez à un vieil oncle, il est peu probable que votre message soit bien perçu.

Avant toute chose, pour guider votre préparation, vous devez donc clairement identifier votre public. Peu importe le discours en lui-même : ce qui compte, c’est à qui vous devez l’adresser. Et pour vous en convaincre, je vous propose de faire une petite expérience :

Pensez par exemple à une intervention, que vous avez déjà donnée, ou que vous pourriez faire, quel que soit le sujet. Envisagez maintenant d’intervenir sur ce même sujet face à différents publics successifs :

  • Face à vos amis ;
  • Face à votre famille ;
  • Face à vos collègues de travail ;
  • Face à des académiciens ;
  • Face à des parlementaires, ou des responsables politiques ;
  • Face à des scientifiques ;
  • Face à une foule d’ouvriers ;
  • Dans une classe de lycéens ;
  • Devant un parterre d’agriculteurs ;
  • Lors d’une soirée dans le cadre d’une croisière…

Vous voyez où je veux en venir ? Le type de public auquel nous nous adressons conditionne notre message et notre objectif. Nous seulement nous ne nous exprimerons pas de la même façon, nous n’évoquerons peut-être pas les mêmes informations, mais, surtout, nos interventions n’auront pas toujours le même but.

L’objectif d’une intervention peut être de : divertir, informer, convaincre, appeler à l’action

Face à un public professionnel ou spécialisé (congrès, colloques, conventions…), on cherchera plutôt à informer. Face à un public généraliste, à convaincre ou appeler à l’action. Face à un public amical ou familial, à divertir. On distinguera encore entre public adulte, public enfant et « tout public », etc.

Et naturellement, en fonction du public et de l’objectif, le message sera très différent, tant du point de vue du contenu que de sa forme même (vocabulaire employé, références citées, exemples utilisés…).

Si vous êtes invité à une conférence ou si vous avez une intervention à faire, quel que soit le contexte, prenez toujours soin de vous renseigner sur votre public avant même de vous lancer dans la rédaction du discours :

Quel profil ? Moyenne d’âge ? Spécialisé ou pas ? Si oui, dans quel(s) domaine(s) ? De quelles informations dispose-t-il déjà ? Quelles sont les tendances générales (religieuses, politiques, philosophiques…) ? Et toute autre question qui vous semblera importante, selon votre sujet.

Ce n’est qu’après avoir identifié votre public que pourrez fixer votre objectif et, en fonction, élaborer votre message.

Pour vous souvenir de l’ordre de ces étapes dans vos préparations, retenez ce petit mot : « POM », trois lettres pour Public-Objectif-Message !


Faites connaître :


Facebook Twitter Linkedin Plusone Email
Vidéo

Je vous ai compris ! Discours du général de Gaulle le 4 juin 1958 à Alger : un modèle d’éloquence

Le discours du général de Gaulle le 4 juin 1958 à Alger, l’un des plus importants du XXe siècle, est remarquable à plus d’un titre. Outre sa portée historique, il offre un excellent exemple des techniques de base de l’art oratoire, notamment en ce qui concerne la gestuelle, la posture et le rythme.

REMARQUE : suite à mon article sur le « corps » des orateurs, je veux m’intéresser ici aux aspects essentiellement « physiques » de l’intervention de de Gaulle, à la forme, et moins au fond, c’est-à-dire le contenu même de son discours (le message, les formules, les expressions…

Contrairement à ce que l’on croit, une bonne gestuelle n’est pas une gestuelle trop sophistiquée, excessive ou expansive. A part sa célèbre posture les bras en V, par laquelle il ouvre et clôt son discours, le général de Gaulle bouge très peu :

Ses bras sont allongés le long du corps. Il marque discrètement quelques points importants en levant l’avant-bras à hauteur du coude, pas plus haut, et insiste sur les points décisifs en levant les deux, parfois un peu plus haut, mais quasiment jamais au-dessus des épaules ! Trois passages notables :

  • Vers la deuxième minute de son discours, « …et c’est pourquoi vous voilà » : il ouvre les deux bras de façon accueillante ;
  • Vers la quatrième minute, « Cela signifie qu’il faut reconnaître la dignité de ceux à qui on la contestait » : l’importance de ce passage est marqué par un mouvement énergique de la main droite sur le premier segment de la phrase, puis par le poing gauche fermé ;
  • Vers la sixième minutes, « …elle a su endiguer le torrent pour en capter l’énergie » : il illustre cette image en mettant ses deux avant-bras en parallèle.

Une bonne gestuelle est une gestuelle minimaliste. De trop larges « effets de manches » risquent généralement de faire passer l’orateur pour un comédien, peu naturel et peu crédible.

A cela s’ajoute le maintien d’une posture parfaitement droite (bassin stabilisé, dos droit, épaules basses, cou droit et dégagé…), permettant à de Gaulle de déployer et d’affirmer son personnage dans toute sa classe.

Le maintien de cette posture droite est aussi ce qu’on appelle, en art oratoire, la « verticalité ». Observez les grands orateurs : leur charisme est directement fonction de leur verticalité. Ils n’ont pas le dos vouté, ils ne rentrent pas la tête dans les épaules, ils évitent généralement les postures ou appuis asymétriques… Ils n’ont pas d’attitude de recul ou de rejet, ne sont pas trop « en avancée », ni même « en extension » : ils sont juste bien droits.

De même, appliquez-vous à vous tenir bien droit et à limiter votre gestuelle.

Vous vous demandez peut-être si le fait de réduire votre gestuelle ne rendra pas vos discours moins vivants ? Généralement, on bouge trop, et nos mouvements sont souvent le reflet d’une certaine nervosité (mouvements parasites, etc.). Vous gagnerez en charisme et en autorité en limitant vos gestes, en les réservant pour marquer les moments importants, et en évitant de lever les bras ou les mains trop haut (veillez à ne pas les gardez trop bas non plus, au risque de sembler vous effacer – le niveau du coude est un bon repère).

Un autre aspect des grandes capacités oratoires du général de Gaulle est la gestion du rythme du discours, notamment par sa maîtrise des silences :

Comptez les secondes entre chaque phrase, entre certains mots, à chaque point, à chaque virgule… Presque 10 secondes entre « Je vous ai compris » et la phrase suivante ! De Gaulle sait laisser la foule acclamer. Il sait attendre qu’elle s’apaise. Et il sait aussi assumer de longs silences, ne rien dire sans que rien ne se passe. Ces silences donnent une force et une profondeur aux mots qui viennent d’être prononcés, et à ceux qui suivent. Ils ajoutent à l’intensité « dramatique » du moment historique qui est en train de se jouer…

Je dis qu’il « assume » ses silences, car il s’agit bien de « prendre sur soi », d’oser rester silencieux et tenir bon sans rien dire.

Généralement, nous n’assumons pas de trop longs silences, nous sommes gênés, nous cherchons à « meubler »… Dans le pire des cas on meuble avec des « heu » hésitants ou stressés, dans d’autres cas on se contente d’enchaîner et on débite son discours à toute vitesse… Et dans tous les cas on ne marque aucun moment fort, on ne laisse pas au public la possibilité de bien assimiler toutes les informations qu’on lui transmet, et on noie notre message-clef dans notre propre flot de paroles…

De même que de Gaulle : prenez votre temps ! Ne vous précipitez pas, et sachez vous retenir de parler quelques secondes durant. Cela créera ainsi une sorte de suspens, qui capativera d’autant plus votre public, tout en lui donnant le temps d’assimiler correctement tout ce que vous avez à dire. Votre message passera mieux, et aura plus de force.

Verticalité + gestes adaptés + silences assumés = impact à l’oral décuplé !


Faites connaître :


Facebook Twitter Linkedin Plusone Email
En passant

Pourquoi nous avons peur de parler en public

Être à l’aise à l’oral est une nécessité. Ceci est d’autant plus vrai pour tous ceux qui veulent s’engager pour leurs idées ou promouvoir un projet.

Que ce soit dans le monde de l’entreprise, en politique ou dans le milieu associatif, il faut oser prendre la parole en public, animer une réunion, débattre ou négocier, intervenir sur un plateau télé, répondre à des journalistes…

Ces situations sont à chaque fois des épreuves, où même les personnes les plus expérimentées doivent bien souvent faire face à leur trac.

Les manifestations du trac sont nombreuses et variées, mais tenter de les contrôler ne sert à rien tant que leur véritable cause subsiste à un niveau plus profond.

Une première façon de surmonter le trac est précisément d’en comprendre la cause. Celle-ci est généralement triple :

  1. la peur liée à l’enjeu de la situation ;
  2. la peur de ne pas être suffisamment compétent ;
  3. la peur d’être jugé en tant que personne.

La peur liée à l’enjeu de la situation est typique des examens, concours, passages à l’oral devant un jury, entretiens d’embauche et autres tests de sélection… Plus l’objectif visé est important (nouveau travail, entrée dans une école prestigieuse, etc.), plus le stress est grand.

La peur de l’incompétence caractérise celui qui ne se sent pas à la hauteur en termes de reconnaissance, d’importance ou de statut. Cela peut-être dû à l’absence de diplôme universitaire ou des titres nécessaires pour être officiellement reconnu comme spécialiste de tel ou tel domaine, et conférant une certaine légitimité pour intervenir sur certains sujets.

Enfin, la peur d’être jugé en tant que personne est la peur de déplaire, d’être critiqué, de se faire huer voire insulter, que l’on se moque de vous et que l’on parle dans votre dos.

Ces peurs ne concernent pas seulement la prise de parole en public, mais toutes les situations du quotidien où il s’agit de s’exprimer face à certaines personnes, répondre à des inconnus, aborder des gens que l’on ne connaît pas très bien, etc.

Avoir conscience de ces différentes peurs permet déjà de prendre un certain recul par rapport à l’une ou l’autre… J’y reviendrai plus précisément dans les prochains jours en consacrant un article pour chacune d’entre elles, et vous donnerai des pistes pour les surmonter.

Avez-vous déjà éprouvé l’une de ces peurs ? Dans quelle situation ?


Faites connaître :


Facebook Twitter Linkedin Plusone Email